Auteur Sujet: La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)  (Lu 327 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Charles

  • Membre
  • *
  • Messages: 6

Salut,

Certains d'entre vous ont-ils lu ce livre et qu'en avez-vous pensé ?

Personnellement, pas grand-chose. Le truculent Tesson nous parle plus de lui que de la panthère, dont il est finalement très peu question (une page de Wikipédia reste 1000 fois plus informative que 240 pages de Tesson), bref, il maîtrise l'art de broder autour du vide, avec moult digressions religio-philosophico-poétiques. Ce livre est, une fois de plus, une occasion pour nous étaler sa culture et ses états d'âme.

Cette manière de procéder n'échappe pas à l'air du temps, y compris dans le domaine de l'audio-visuel où des types inondent des plateformes de partage en ligne (YTube, etc.), de réalisations censées parler et montrer telle espèce mais qui, finalement, se concentrent avant tout sur les réalisateurs qui n'arrêtent pas de se filmer le nombril ("génération selfie"): "et regardez combien je souffre", "et regardez combien je transpire, combien j'ai chaud, combien j'ai froid, combien j'ai soif,..."; sur 30 minutes de vidéo, l'espèce visée va apparaître deux ou trois minutes, quand tout va bien. Bref, on n'apprend rien, on ne voit rien, ou si peu. Ceci contraste tellement avec les documentaires animaliers authentiques (de la BBC, etc.) où les types (dont on ignore souvent les noms) savent s'effacer derrière leur caméra ou appareil photo et nous plonger dans des spectacles sublimes.  Nul besoin de bénéficier des moyens  quasi illimités de ces gros studios pour faire des choses intéressantes, c'est avant tout une question d'approche, une façon d'aborder un sujet. Tout au plus, s'il y a vraiment un public pour ce genre de chose, mettre quelques minutes à la fin portant sur le tournage du film et ses petits soucis ou anecdotes, mais cela ne doit rester marginal et non le centre du documentaire.

On l'aura compris, il y a ceux qui filment la nature et puis ceux qui se filment dans la nature. C'est aussi vrai de certains écrivains.

Hors ligne svt

  • Geai des chênes
  • *
  • Messages: 1075
  • Sexe: Homme
    • Jean-Francois CORNUET - PHOTOGRAPHIES
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #1 le: 18 Novembre 2022, 16:56:59 »
Bienvenue Charles sur ce forum!

Je n'ai pas lu le livre de Sylvain Tesson, mais je compte bientôt voir le film "La panthère des neige" de Marie Amiguet et Vincent Munier, qui sont tous les deux de vrais naturalistes, excellents photographes et vidéastes.

Sinon je partage entièrement ton avis sur les youtubeurs qui se déclarent "vidéastes de nature" et passent leur temps à partager leurs états d'âmes plutôt que de montrer la nature...

D'autres pourtant arrivent très bien à un certain équilibre entre se filmer et filmer la nature.
Ainsi, chaque semaine Julien Perrot, directeur de la revue "la salamandre" met en ligne une vidéo sur sa chaîne YouTube intitulée la Minute Nature que je trouve très intéressante.
Il y a d'autres exemples...

Jean-François

Hors ligne herissonalunettes

  • Grive musicienne
  • *
  • Messages: 574
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #2 le: 19 Novembre 2022, 21:51:31 »
l'avantage de "la panthère des neiges", par rapport à "berezina" du même auteur, c'est que là, il parle quand même de nature (ou de sa façon de la voir), ça me touche plus que quand il parle de ses cuites et de sa conduite bourré.

le coté montrer la difficulté et la fragilité de la nature, quand c'est Munier, on est sur qu'il sait comment trouver la bête même si c'est jamais gagné, et qu'il a plus de 30 secondes d'images en stock, et qu'il veut juste faire de la pédagogie sur l'approche, le dérangement,... (bon , tesson s'écoute parler sur le sujet en effet).
Pour bcp de Youtuber, par contre,... mais je ne les regarde plus!


Hors ligne Charles

  • Membre
  • *
  • Messages: 6
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #3 le: 20 Novembre 2022, 10:52:06 »
Bonjour,

Le livre de Tesson résulte évidemment dans son voyage avec Marie Amiguet et Vincent Munier, sur proposition de ce dernier. Un peu inquiet sur les aptitudes de Tesson à pouvoir rester en place, sans bouger comme un excité comme il l'a fait toute sa vie au point de faillir la perdre, le photographe l'avait emmené observer des blaireaux, dans ce qui fut une sorte de banc d'épreuves. Une fois l'examen passé avec succès, l'équipe s'est formée. Amiguet et Munier prêteraient leurs expériences, leurs savoirs et leurs images tandis que Tesson prêterait sa plume. Ils consigneront un livre: Tibet : Minéral animal : sur les traces de la panthère des neiges, photographies V. Munier, textes S. Tesson, Kobalann, 2018.

Le film La Panthère des neiges se concentre principalement sur le mode d'approche privilégié depuis toujours par Munier, à savoir l’affût, qui pourrait se résumer ainsi, pour citer Tesson: Au "tout, tout de suite" de l'épilepsie moderne, s'opposait le "sans doute rien, jamais" de l'affût. Ce luxe de passer une journée entière à attendre l'improbable !

Le film montre aussi tout le travail, la patience et l'énergie qu'il peut y avoir derrière quelques clichés ou quelques séquences filmées. C'est souvent un travail d'orpailleur: passer des tonnes de sédiments au tamis pour en cueillir quelques pépites, ou parfois rien, car, ici aussi, le facteur chance décide de tout.

Revers de la médaille de cette soudaine célébrité, des agences touristiques, locales ou étrangères, proposent la panthère des neiges dans leur "menu". Est-ce un bien ou non, c'est un vaste débat. 

On trouve en ligne quelques beaux documentaires sur cette espèce mythique, petite sélection:



 T Frozen Kingdom o t Snow Leopard 2020 NatGeo   
 https://www.youtube.com/watch?v=iKAfK_Gv1aY
 
 Mountains (Full Episode) | Hostile Planet NatGeo
 https://www.youtube.com/watch?v=NcRifDitRnU
 
 Snow Leopard, The Himalayan Legend
 https://www.youtube.com/watch?v=BFO4tZkvMQk
 
 The Secret Lives of Snow Leopards
 https://www.youtube.com/watch?v=Tm8pSBg1wB4
 
The Snow Leopard
 https://www.youtube.com/watch?v=Vo93ZiPToTo
 
 National Geographic Documentary - The Snow Leopard
 https://www.youtube.com/watch?v=jhgYK5YwINY
 
 Snow Leopard - The Silent Hunter (Best Wildlife Documentary)
 https://www.youtube.com/watch?v=oFqccD6_X_I
 
THE LAST SNOWLEOPARD - the illegal trade /hidden cameras
https://www.youtube.com/watch?v=KxsfXran6gk




Hors ligne EDDY21

  • Milan royal
  • *
  • Messages: 7629
  • Sexe: Homme
    • eddyremyphotographies
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #4 le: 21 Novembre 2022, 18:34:51 »
Bonjour,

fidèle lecteur depuis des années de Sylvain Tesson, cette panthère des neiges a correspondu tout à fait à ce que j'en attendais.
Evidemment si on espère un livre consacré à la biologie de cet animal, on est déçu.

Il est bien normal qu'il parle peu de la panthère puisque la quête de cette dernière même si elle fut fructueuse ne dura qu'un temps très (trop) court comparé au long cheminement lié à sa recherche.

Bien à vous

Eddy

Merci de passer visiter mes sites : http://eddyremyphotograph.wix.com/eddy
ainsi que mon site consacré uniquement aux papillons : http://photosdepapillons.wix.com/butterflies ou ma galerie INSTAGRAM : https://www.instagram.com/eddyremy_macro/

Hors ligne Charles

  • Membre
  • *
  • Messages: 6
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #5 le: 24 Novembre 2022, 11:33:18 »
Bonjour,

Le livre a été lu sans a priori, curieux même de voir comment l'expérience fut vécue par son auteur, mais, de nouveau, c'est lui qui se retrouve au centre de l'histoire. Cette histoire, comme probablement toutes les autres antérieures ? Probablement, car j'entame seulement sa découverte. Viens de commencer "Petit traité sur l'immensité du monde", c'est de nouveau un récit "nombrilo-centré"... A quoi bon avoir parcouru la terre entière, vu tous ces paysages, rencontré tous ces peuples si la chose dont on peut témoigner se ramène à son nombril, autant rester dans sa chambre, y rêver ou philosopher.

Bien entendu, il ne revendique rien, ne souhaite rien, il est clair sur ce point. De même qu'il témoigne d'une grande lucidité sur l'origine de sa quête sans fin: un trop d'énergie dont il ne sait que faire, tout comme de sa vie, et dont seule la marche, et l'errance qu'elle entraîne, lui assure, sinon le salut, du moins une sorte d'apaisement à cette combustion intérieure.     

Cependant, ses récits sont au moins en phase avec notre époque, celle des "selfies" et du triomphe de Narcisse qui n'a rien à dire mais souhaite l'exprimer malgré tout, et si possible à la planète entière.

Coquin de sort ! c'est encore de lui qu'on parle maintenant, nous éloignant encore un peu plus de la panthère des neiges
.   :wink:

Hors ligne smeys

  • Geai des chênes
  • *
  • Messages: 1120
  • Sexe: Homme
  • R5 & 7DII, 10 à 700 mm
    • Sébastien Meys photographies
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #6 le: 24 Novembre 2022, 15:50:00 »
Bonjour,
Le livre est à l’image du film, et adopte une forme de récit très spécifique à l’opposé du classique docu animalier en effet. Après on aime ou pas la plume de Tesson c’est sûr :)

Mais il s’agit ici de raconter une démarche du point de vue de l’humain qui va à la rencontre d’un animal. Et pour moi c’est justement la justesse et la richesse du récit ou le voyage importe autant que la destination finalement. Comme le dis vincent par moment à la limite peu importe que la panthère soi là ou non, mais en chemin ce seront mille et une rencontre avec un chat de Pallas, un ours, un renard, un pika, ou même juste un oiseau. On découvre une démarche et un territoire avant tout.

On est en effet très loin d’un documentaire animalier classique qui détail le mode de vie et/ou les caractéristiques d’une espèce. D’autant que sur ce dernier format le storytelling effréné des 10 dernières années a accouché finalement de format qui se ressemble tous, d’histoires écrites à l’avance et agrémentées d’images un brin irréalistes. Il doit toujours se passer quelque chose et tout devient une lutte pour la survie, pour la reproduction ou pour le territoire. Présentant en cela une vision partielle et partiale de la réalité. Donc le côté « authentique » de grosses productions comme la BBC on repassera :)

J’en parle d’autant aisément que je fais partis d’un programme de conservation à Madagascar ou l’on travail sur une espèce rare et spécifique de lémurien et la BBC est venu tourner sur notre site car c’est à peu près le seul endroit à Mada ou il est visible. Il y a eu des tonnes d’échanges avant sur ce qui était possible ou non et à la fin, tout était story boardé. Ils avaient même amené des pulvérisateurs de jardin au cas où il ne pleuve pas car ils voulaient les animaux sous la pluie. 25 valises, 3 personnes, 15 j sur le sujet, le binome de tournage décidait le matin des images recherchées ce jour-là, nos guides allaient chercher les animaux, leur assistant venait les retrouver, voyait si les images recherchées étaient envisageables et si oui là ils venaient avec le matériel. Délais d’assemblage du matériel une fois arrivé : 25mn. Autant dire qu’ils ont raté un paquet d’occasion mais ils s’en fichent, c’est du tournage quasi cinéma, c’est ultra qualitatif, visuellement irréprochable, factuellement juste dans les commentaires,  mais bon on est très très loin du reportage authentique sur le vif :)

Hors ligne EDDY21

  • Milan royal
  • *
  • Messages: 7629
  • Sexe: Homme
    • eddyremyphotographies
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #7 le: 24 Novembre 2022, 18:08:20 »
Chouette ton commentaire, Sébastien !

Eddy (des Expos Photos AVES :-)
Merci de passer visiter mes sites : http://eddyremyphotograph.wix.com/eddy
ainsi que mon site consacré uniquement aux papillons : http://photosdepapillons.wix.com/butterflies ou ma galerie INSTAGRAM : https://www.instagram.com/eddyremy_macro/

Hors ligne Charles

  • Membre
  • *
  • Messages: 6
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #8 le: 25 Novembre 2022, 12:43:55 »
Bonjour,

Merci pour le retour. Tesson, il faut en convenir, n'est évidemment pas un idiot: géographe de formation, il explore le monde avec un bagage solide, quasi scientifique, cependant, on ne bénéficie guère de son savoir dans ce domaine et de ses expériences kilométriques. De nouveau, on plonge dans ses états d'âme, plus prompt à citer Novalis ou Nietzsche plutôt que von Humboldt ou Marco Polo.

Pour illustrer l'opinion évoquée dans les postes antérieurs:

Ma mère emportée, la fille en allée : chaque apparition me les avait ramenées.

Il fait allusion à sa mère défunte (à qui il dédie son livre), et une de ses anciennes petites amies. Chaque apparition, de la panthère, renvoie à ses proches.

De nouveau, il semble en incapacité de quitter son univers intérieur, tout se ramenant à sa vie. Au fond, déambuler dans les rues de Paris ou errer sur les hauts plateaux tibétains n'a aucune espèce d'importance puisque, dans les deux cas, les éléments sont là en décor de fond, prétextes pour y projeter des réflexions philosophiques et autres.

====================

Grosses productions: "documentaires animaliers authentiques", est pris ici comme synonyme de véritables, vrais, donc lorsqu'on nous annonce un documentaire sur le chevreuil, les types ne vont nous parler pendant 54 minutes de matériel photo ou vidéo, nous citer Lao Tseu à tout bout de champ et y diluer quelques images du quadrupède.

Ignore la manière dont ces grosses équipes travaillent, d'où l'intérêt de votre témoignage. On peut supposer en effet un devoir de rentabilité qui laisse peu, voire pas, de place à l'improvisation, à l'inattendu, à l'attente, etc. Cela étant, certains documentaires ont parfois nécessité des mois ou des années de travail.

S'ils restent esthétiquement parfaits, irréprochables, ces documentaires "haut de gamme" ne sont pas forcément les plus intéressants d'un point de vue pédagogique ou scientifique, surtout lorsqu'ils sont trop "généralistes", genre "forêt tropicale", "savane africaine",..., où l'on assiste à une débauche d'images sublimes qui changent toutes les deux secondes, passant sans transition de la tête d'un mammifère à une araignée, puis à un couché de soleil, le tout à un rythme effréné (type "zapping"). Au bout d'une heure, on a vu beaucoup, probablement peu retenu et, de toute façon, rien appris. Par contre, les documentaires spécialisés, thématiques ("la vie des fourmis", "la vie sociale chez les babouins"...) peuvent être à la fois esthétiques et instructifs.   

On se demandera aussi dans quelle mesure les gros producteurs ont le choix, car ils ont un devoir de rentabilité, vont-ils se risquer sur des sujets peu (ou pas) explorés ou plonger dans des thèmes dont on connaît le retour sur investissements.  Le cas de l'Afrique est devenu, depuis des décennies, presque pathétique par rapport à ce problème. Si l'on en juge par les productions écrites, photographiques ou cinématographiques (au sens large), voilà un continent entier dont la faune se résume à 5 espèces:  le lion, le léopard, l'éléphant, le rhinocéros noir et le buffle. Ce qui en fait incontestablement le continent le plus pauvre quant à sa biodiversité. Alors qu'il y a là des dizaines de milliers d'espèces dont on ne parle jamais, non pas qu'elles ne sont pas intéressantes (toutes les espèces le sont) mais plus certainement parce qu’il n'y a pas d'audience pour, donc pas de marché, alors on cède à la facilité, aux formules qui font recettes auprès des masses à qui l'on servira non pas du pain et des jeux, mais des lions et des buffles.

Mais ceci nous éloigne de Limenitis camilla (nom vernaculaire du Petit sylvain...    :wink:  ) 





PS: petite visite sur vos pages, photos splendides, de plus mises au service de la protection environnementale, fort bon choix ! 

Hors ligne JLJ

  • Corbeau freux
  • *
  • Messages: 2416
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #9 le: 29 Novembre 2022, 17:40:10 »
bonjour
j'ai lu tous les livres de Sylvain Tesson
celui sur la panthère des neiges correspond tout à fait à son style et à ce que l'on attend
pour tous les photographes animaliers, l'affût est un moment on l'on se retrouve personnellement
l'écriture de ST est avant tout une superbe écriture, plébiscitée par un public toujours plus nombreux
je trouve le jugement de Charles sévère.......
amicalement
JLJ
JLJ

Hors ligne Charles

  • Membre
  • *
  • Messages: 6
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #10 le: 29 Novembre 2022, 18:32:47 »
Salut JLJ,

L'auteur semble en effet fidèle à son style, et à sa façon d'être. Étant intéressé par la photographie animalière et par cette espèce, c'est évidemment le titre qui a attiré mon attention, en plus avec V. Munier dans l'aventure... Mais, on est bien d'accord, c'est un livre sur l’affût, pas sur la panthère des neiges. Il serait parti avec la même équipe pour rechercher le yéti que l'on aurait eut le même bouquin.

La popularité d'une œuvre n'est pas forcément le reflet de sa qualité, et, à notre époque, souvent dominée par la médiocrité (des médias ont bâti des empires en l'exploitant), il faudrait même plutôt s'en méfier.

Je préfère, et de loin, le témoignage de G. Delorme, même si le style littéraire diffère, mais au moins, pour qui aime la nature et la connaît quelque peu, quel récit, quels moments vécus. On sort de sa lecture ému, avec un regard neuf ou plus affiné sur les chevreuils. En sortant du bouquin de Tesson, on ne connaît pas plus la panthère qu'en début de lecture, et rien appris sur l'Asie, rien ressenti.

Avis personnel, bien entendu
  :wink:

Hors ligne herissonalunettes

  • Grive musicienne
  • *
  • Messages: 574
Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #11 le: 04 Décembre 2022, 22:37:07 »
Je reviens sur ce fil pour compléter mon propos sur ce bouquin, et sur l'ensemble de choses qui ont été tirées de cette expédition :
j'étais pas mal remonté suite au bouquin de Tesson, qui est effectivement plus un bouquin sur Tesson (pffffffffff) et sur l'incertitude de l'affut, et ça, à la rigueur, c'est important!

par contre, on est allés voir le film en famille, et ça m'a mis un deuxième coup de pffff Tesson! le coté donneur de leçon sur le dépouillement de la part de quelqu'un qui sait qu'il lui suffit de rentrer à la maison pour retrouver le confort matériel qu'il dénonce,...

Par contre, les images, ... on est même pas sur que ce soit le même voyage ! le nombre d’espèces dont je n'avais pas entendu parlé, les obs toutes plus sympa les unes que les autres, à la rigueur, pas besoin de panthère à la fin. et je n'avais absolument pas eu cette impression dans le livre.

Hors ligne mumu

  • Buse variable
  • *
  • Messages: 3213
  • Sexe: Homme
Re : Re : La panthère des neiges (de Sylvain Tesson, Gallimard, 2019)
« Réponse #12 le: 05 Décembre 2022, 09:25:06 »
Par contre, les images, ... on est même pas sur que ce soit le même voyage ! le nombre d’espèces dont je n'avais pas entendu parlé, les obs toutes plus sympa les unes que les autres, à la rigueur, pas besoin de panthère à la fin. et je n'avais absolument pas eu cette impression dans le livre.
Il me semble avoir entendu que, par rapport au livre, un autre voyage avait été fait et intégré dans le film. Ce qui explique pourquoi il y a plus d'espèces présentées dans le film que celles citées dans le livre.
Vincent.

Pour ceux qui utilisent GIMP, voici des petits tutoriaux.