Auteur Sujet: Voyage en Roumanie septembre 2021 Monts Apuseni  (Lu 293 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Pilule

  • Troglodyte mignon
  • *
  • Messages: 78
  • Sexe: Homme
Voyage en Roumanie septembre 2021 Monts Apuseni
« le: 22 Septembre 2021, 19:33:20 »
Ce parc naturel situé dans le nord de la Roumanie est une zone de montagnes de 1500m d’altitude, très naturelle, caractérisée par des phénomènes karstiques exceptionnels avec de très nombreuses grottes de dimensions exceptionnelles , des dolines, des gouffres, des résurgences, des chantoirs. Les montagnes souvent boisées sont séparées par de vastes clairières de prairies naturelles utilisées comme  paturages. Les forêts sont étendues, composées de résineux en altitude et de hêtres plus bas. Etant donné le climat les cultures sont rares et limitées dans le temps : pommes de terre, haricots, courges...

On trouve dans les vallées des villages plus importants, avec maintenant de nombreuses pensions de vacances car le tourisme rural s’est fort développé, encore plus avec le covid qui a rendu les voyages à l’étranger plus difficiles. A mesure que l’on remonte les vallées les villages sont plus petits et plus traditionnels. Plus haut encore, à proximité des zones de paturages il y a de petites agglomérations de cabanes qui traditionnellement étaient occupées par des habitants des villages plus bas qui y montaient de mai à octobre en y emmenant leur bétail (vaches, chevaux) et quelques porcs et poules. L’exploitation du bois et le travail dans de petites scieries permet un complément de revenu ainsi que la récolte et la préparation de fruits des bois . Avec le changement climatique les hivers sont devenus plus doux et certains habitants restent de façon quasi permanente.Des panneaux solaires leur fournissent l’électricité et les routes fort améliorées leur facilitent les déplacements.
Ils ont tous maintenant des téléphones mobiles. Jusqu’il y a une dizaine d’années beaucoup de villages et de hameaux n’étaient accessibles que par des routes empiérées en très mauvais état. Ce sont maintenant de bonnes routes quoique parfois étroites.

Les meilleures saisons de séjour sont mai-juin avec beaucoup de fleurs, d’insectes et d’oiseaux et octobre où les forêts ont des couleurs splendides. Il fut éviter absolument août et le début de septembre car la zone est envahie par les touristes autochtones.

Nous avons fait la route depuis la Belgique, plutôt par habitude car c’est long : 18 h de route. Si vous le faites choisissez le week-end car en semaine la circulation en Allemagne est épouvantable. Sinon il est sans doute plus pratique de prendre un vol pour Cluj, l’aéroport le plus proche, et de louer une voiture : de préférence une marque locale car , étant plus hautes , elles sont mieux adaptées aux routes locales.

La montagne, contrairement à ce qui se passe en Occident, est donc habitée et parcourue  en permanence et bien que le milieu naturel soit bien préservé cela a une influence sur les observations que l’on peut faire. Il est très difficile de voir des animaux bien qu’il y ait des loups, des lynx,quelques ours(20 dans la zone) des cerfs, des chevreuils , des renards… car , comme chez nous lorsque la présence humaine est permanente les animaux ont tendance à devenir plus nocturnes , à se retirer dans les zones les moins accessibles et à emprunter des voies de circulation parallèle dans les bois : ils ne circulent donc pas sur les entiers de randonnée et ne font que les traverser occasionnellement. Nous avons discutté avec un biologiste Roumain qui est constamment sur le terrain et fréquente des zones isolées accessibles uniquement en 4X4 où il campe sur place : il n’a vu le loup et le lynx qu’une seule fois. Par contre il voit régulièrement sangliers, cerfs , chevreuils et autres.

Partis de Namur tôt le matin le 4 septembre nous avons fait étape le soir  dans un hôtel hongrois  après avoir traversé le Luxembourg, l’Allemagne et l’Autriche . Les parkings d’autoroute en Autriche sont équipés de toilettes et point de repos impeccables. Signe des temps : sur le sol du parking, au milieu des mégots de cigarette habituels un test Covid rapide.





Le lendemain  5 septembre nous entrions en Roumanie par la ville d’Oradea : elle comptait anciennement une majorité de population Hongoise, les Roumains habitant plutôt en zone rurale.
Cela a changé maintenant avec l’exode rural mais la ville garde une cathédrale catholique et des maisons un peu kitsch assez colorées typiques de l’époque







Impossible de se faire servir dans un temps raisonnable dans cette ville : temps d’attente annoncé : au moins une heure quel que soit le plat . Ils devraient apprendre leur métier.Dans la plupart des établissements on boit plutôt qu’on ne mange.Passez donc votre chemin surtout le dimanche.

Nous avons donc poursuivi notre route jusque Gârda de Sus dans les Apuseni où un excellent repas nous a été servi dans la demi-heure à notre auberge.



Le 6 septembre on s’est remis du voyage.

Dans le jardin un écureuil faisait ses provisions de noisettes pour l’hiver.



Sur les coteaux les meules de foins et les maisons traditionnelles accessibles par des chemins de charrette à flanc de coteau



Derrière la maison une scierie mobile débite les troncs des bois du propriétaire. Les Motii (nom de la population locale) ont toujours leur petit chapeau vissé sur leur tête



Sur la rivière passant dans le centre du village, un cincle pêcheur prend la pose avec une proximité inimaginable chez nous





Bergeronnette



Papillons





Le village possède une église en bois datant de 1792 remarquable par son architecture et ses fresques peintes par un maître de la région en 1804. Elle a été entièrement restaurée de façon professionnelle et heureusement car après 40 ans de communisme elle était très délabrée. Les habitants avaient déjà construit une nouvelle église dans les années 2000 et elle risquait d’être détruite.











Le 7 septembre nous partons vers le village de Vîrtop, un village situé très haut. Dans les années 90, étant donné les conditions climatiques très dures en hiver  il ne comprenait qu’une petite rangée de petites maisons basses très pauvres. Maintenant il y a une piste de ski et une quantité de pensions et de maisons de vacances . Le climat a cependant énormément changé puisque si à l’époque la neige commençait en novembre et disparaissait en avril , avec des températures de souvent moins 25° à la Noël , actuellement il est assez courant de ne même pas avoir de neige durant la période de fin d’année.

Un peu plus nous stationnons au bord de la nationale pour nous engager sur un sentier abrupt qui mène à Groapa rugineosa (le trou couleur rouille) qui est un  immense effondrement karstique en forme de cone dont les flancs de calcaire mou sont teintés de minerai de fer.

De là haut on voit le plateau de Padis situé à 8h de marche.





Après avoir regagné la route nous prenons un autre tracé qui nous mène sous un sommet dans une très vaste clairière qui d’un côté domine  part une vallée avec des gorges et de nombreuses grottes et de l’autre donne une vue sur l’autre flanc du massif vers des localités plus importantes sur la route d’Oradea.





Continuant le sentier il descend un peu pour arriver dans une hêtraie où nous verrons des traces d’ours



Sur le chemin de retour une grenouille, des fleurs de montagne, des papillons...











Le 8 septembre nous nous dirigeons par une route étroite de 10 km vers la Poiana Calineasa (clairière Calineasa) qui est une zone de clairière avec des groupes de cabanes de transhumance et quelques maisons un peu plus solides, témoins d’une vie encore très traditionnelle. Les animaux sont majoritairement des vaches et des chevaux mais il y a aussi quelques troupeaux de moutons.

Les gens de l’endroit ont construit sur un point dominant une petite église orthodoxe où on dit la messe et près de laquelle se vendent des objets artisanaux et des préparations de fruits sauvages aux touristes de passage.



A cet endroit se tient en été une foire où les transhumants des environs se retrouvent tous pour une fête locale assez confidentielle.

De la hauteur on a une vue étendue notamment au fond au sud vers le sommet le plus élevés de la région (Cucurbata Mare 1848m)



C’est la zone qui nous a le plus marqué par l’étendue, la sérénité et la beauté des paysages combinés avec les témoignages d’une vie traditionnelle.

On voit ici le groupe principal des cabanes de transhumance., dominées par des sommets boisés de 1400 à 1500 m et entourées de pâtures. Les clotures servent à rassembler les animaux pour la traite, et à protéger les cultures et les  animaux des animaux sauvages.



Traversée du village. Les granges sont posées sur des piles de pierre pour les isoler de l’humidité et des rongeurs.





Vue en arrière vers l’église



Nous rencontrons un berger et son troupeau de moutons gardé par des chiens de belle taille capables d’affronter des loups. Ils ne sont pas agressifs d’autant plus si on entame la conversation avec le berger. Même si vous n’êtes pas fumeurs ayez un paquet de cigarettes : le berger appréciera.Je parle le Roumain donc le contact est plus facile mais on peut toujours s’entendre avec des signes. En général les moutons appartiennent à un propriétaire de bergerie qui a plusieurs bergers à son service. Je pense qu’ils ne sont pas payés bien lourd.



Dans d’autres régions de Roumanie où il y a plus de loups les chiens peuvent être plus agressifs et la prudence s’impose.Il faut alors soit faire un détour, soit se rapprocher du berger et en tout cas rester groupés et calmes.

Nous poursuivons le tracé et admirons le paysage







Fleurs et papillons







Race de vache locale



Croix près d’une cabane en ruine. L’image du Christ en croix chez les orthodoxes est peinte et non sculptée. Ici elle a souffert du temps.



Oiseau de passage et papillon





Cabane d’un bouvier avec les enclos de protection. Les petites construction rectangulaires près de la cloture sont des abris de berger avec un lit et un auvent pour lui permettre de dormir en surveillant le bétail de près la nuit. Le toit est parfois recouvert de peaux de mouton pour l’isolation



Chevaux : ils sont utilisés pour tirer les charrettes de bois ou de foin et pour le débardage. Avant l’existence de routes la charrette était le moyen de déplacement vers les villages du bas.



papillon et chardonneret mangeant les graines de chardon





Berger et son troupeau



Bergers en pause à l’heure de la traite. On voit aussi une petite scierie.



Cheval de la race locale. Ils sont souvent entravés pour éviter qu’ils s’éloignent de trop.
Parfois les vaches lâchées dans les bois portent un masque de fer leur bouchant la vue pour la même raison.



A bientôt la suite
« Modifié: 22 Septembre 2021, 19:35:51 par Pilule »
Pilule

Hors ligne jmlustrat

  • Geai des chênes
  • *
  • Messages: 891
  • Sexe: Homme
    • Voyages naturalistes
Re : Voyage en Roumanie septembre 2021 Monts Apuseni
« Réponse #1 le: 22 Septembre 2021, 20:29:28 »
Merci pour ce compte-rendu.

Je vais le suivre car c'est une destination qui m'intéresse.

Bonne journée
JM

En ligne gjacobs

  • Super-Modos
  • Ours des pyrénées
  • *
  • Messages: 55554
  • Sexe: Homme
    • Album Google photos
Re : Voyage en Roumanie septembre 2021 Monts Apuseni
« Réponse #2 le: 23 Septembre 2021, 13:48:46 »
Tu as fait le plein d'authenticité par là-bas! Je m'abonne!

Gauthier

Hors ligne Pilule

  • Troglodyte mignon
  • *
  • Messages: 78
  • Sexe: Homme
Re : Voyage en Roumanie septembre 2021 Monts Apuseni
« Réponse #3 le: 23 Septembre 2021, 15:55:40 »
Merci à vous pour votre intérêt. Voici la suite:

Le 9 septembre étape à Beius pour rejoindre une pension dans un village (Chiscau) plus près de Padis. C’est une petite ville très sympathique car très authentique et pas du tout touristique . Il y a un beau marché et de beaux bâtiments nécessitant parfois encore une restauration. Le restaurant Florys , au bord d’une rivière ne paye pas de mine mais après l’escalier d’entrée on arrive dans une vaste salle très propre, fréquentée par des habitués et où une dame très aimable vous servira pour 15 lei (3 euros) le menu du jour comprenant une bouteille d’eau (bière en supplément), un délicieux potage et un plat de très bonne viande rotie avec de la purée de pommes de terre.

Cette localité comprend une minorité hongroise et l’église montrée ici est une église baptiste hongroise. Dans la zone vous trouverez souvent dans la même localité plusieurs églises de diférentes confessions : orthodoxe (Roumains), catholique (Hongrois) , protestante (plus rare) et gréco-catholique (en perte de vitesse)










Le 10 septembre nous prenons la direction de Padis pour visiter Cetatea Radesei (le château de Radesea) . Il s’agit d’une grotte spectaculaire dans la montagne, au fond d’une forêt . Pour cela il faut suivre 10 km de routes de campagne dans la plaine puis monter une route très sinueuse mais en très bon état vers les sommets. Ensuite il faut laisser la voiture à un croisement avec une route forestière menant au refuge de Vladeasa et continuer à pied.

Chardonnerets



Le sentier dans la forêt



Cette forêt a été affectée par une forte tempête en 2017 et les bûcherons évacuaient encore des arbres abattus par la tempête. Les abattages sont bien surveillés maintenant de façon à éviter des abattages illégaux dans le parc naturel.

Entrée et intérieur de la grotte :







cette grotte a presque les dimensions d’un tunnel de métro. Le faible niveau de l’eau permet de la parcourir librement sur 500m en s’aidant à certains moments des chaînes placées à cet effet. Frontale et bottines indispensables.Au cours du trajet fort spectaculaire on observe par endroits des ouvertures au plafond apportant la lumière du jour. On finit par sortir de la grotte et on peut retourner par un sentier de surface

A la sortie la rivière forme des marmites parfaitement circulaires



Troupeau de mouton au retour



Papillon et libelulle





Celle-là ne voulait pas quitter la bottine



En vol



Faucon crécerelle et Robert le diable





Grand corbeau cherchant de la nourriture près d’un camp et bergeronnette





Le 11 septembre nous retournons vers Padis pour visiter la Poiana Ponor : c’est une large  dépression entre des montagnes boisées , qui peut former un lac profond de plusieurs mètres en cas de fortes pluies car à son extrémité il y a une forte résurgence alimentant une rivière qui au bout de la plaine disparaît complètement dans le sol par plusieurs ponors ou chantoirs ce qui donnera une nouvelle résurgence dans des grottes des plus spectaculaires situées bien plus bas appelées Cetatile Ponorului (les citadelles du ponor). Après cette nouvelle plongée dans les roches la rivière surgira à nouveau plus bas encore dans des gorges profondes appelées Cheile Galbenei (gorges de la Galben (rivière jaune)) qui peuvent être parcourues en s’accrochant à des cables. En temps normal la plaine sert de paturage aux moutons.

Sur le chemin une falaise anthropomorphe



Poiana Ponor



Résurgence Izbucul Ponor : la rivière sort de la falaise
Une truite nage à contre courant dans la résurgence pour s’oxygéner





Le berger Eugen et son troupeau dans la Poiana Ponor



Eugen me montre les ponor ou chantoirs où la rivière disparaît dans le solaires



A proximité la grotte Pestera Caput (grotte Caput)



Sur le retour à travers la forêt





Sur la route dans la vallée vers Pietroasa le courant a modelé des pierres



Le village Bradet a également une église en bois remarquable mais sans fresques à l’intérieur



Le 12 septembre nous rejoignons le plateau de Padis pour faire le tracé de Padis vers Calineasa.En fin de journée nous dégusterons une délicieuse soupe aux bolets et à la crème dans la bergerie du patron d’Eugen .

Abri de berger



Deux bergeries



Troupeau avec berger



Vue sur la vallée menant au hameau de Casa de Piatra. Le massif à droite s’appelle Lumea pierduta (monde perdu). On peut y faire un tracé passant par différents gouffres spectaculaires.



Vue vers le chemin menant à Calineasa.



Berger et son troupeau à proximité des bergeries



Le 13 septembre nous prenons le chemin du retour
Pilule

En ligne gjacobs

  • Super-Modos
  • Ours des pyrénées
  • *
  • Messages: 55554
  • Sexe: Homme
    • Album Google photos
Re : Voyage en Roumanie septembre 2021 Monts Apuseni
« Réponse #4 le: 24 Septembre 2021, 09:25:49 »
La vie de ces bergers doit être on ne peut plus spartiate!

Gauthier

Hors ligne Pilule

  • Troglodyte mignon
  • *
  • Messages: 78
  • Sexe: Homme
Re : Voyage en Roumanie septembre 2021 Monts Apuseni
« Réponse #5 le: 25 Septembre 2021, 10:23:50 »
La vie de berger est en effet difficile dans cette région. Les photos sont prises par beau temps mais quand il pleut et que le froid s'installe ... Je me suis renseigné plus précisément sur la présence des carnivores et les mesures prises pour protéger les troupeaux. On estime que 30 ours et 26 loups sont présents dans les forêts de Padis ce qui est considéré comme une population équilibrée . Les ours ont un régime majoritairement végétal et ils trouvent en principe suffisamment de fruits sauvages dans les bois . Pour le garantir on ne peut cueillir des fruits qu'avec un permis spécial réservé aux locaux et des amendes ont été infligées aux contrevenants. Des ong aident les bergers en leur fournissant des clôtures  électriques alimentées par panneaux solaires et des chiens spécialisés dans l'éloignement des loups: de grands bergers des Carpathes. Ces mesures ont été efficaces: les animaux évitent les clôtures et les chiens repoussent les loups  dans la forêt dès qu'ils les sentent. Ceci permet aux bergers de mieux dormir la nuit. Un berger rapportait qu'il avait perdu 60 brebis il y a deux ans mais que de puis lors il n'avait plus de problèmes.

J'ai constaté aussi avec plaisir que les routes et chemins forestiers sont pour la plupart interdits au tourisme motorisé ,que la gendarmerie patrouille régulièrement et poursuit quiconque essaie de passer outre.
Ce serait sinon un désastre car les 4X4,quads et motos tout-terrains se multiplient.

D'autres zones de Roumanie comme Harghita-Covasna, Mures et Brasov comptent un nombre d'ours et de loups excessif et les attaques contre le bétail voire les habitants y sont plus fréquentes
Pilule

En ligne gjacobs

  • Super-Modos
  • Ours des pyrénées
  • *
  • Messages: 55554
  • Sexe: Homme
    • Album Google photos
Re : Voyage en Roumanie septembre 2021 Monts Apuseni
« Réponse #6 le: 28 Septembre 2021, 09:23:42 »
Merci pour ce complément d'information!

Gauthier

Hors ligne jmlustrat

  • Geai des chênes
  • *
  • Messages: 891
  • Sexe: Homme
    • Voyages naturalistes
Re : Voyage en Roumanie septembre 2021 Monts Apuseni
« Réponse #7 le: 28 Septembre 2021, 18:54:13 »
Des paysages sympas
Merci
JM